L'Asie en Danseuse

Présentation

Bolivie 2 : la règle de 3 (du 09 mai au 04 juin 2009)

Photos

  • Le volcan Tunupa se dresse au nord du salar d’Uyuni.

  • Lama.

  • Dernière vue sur le salar d’Uyuni, en sortant du village de Tahua.

  • Il n’y a pas d´hébergement bon marché à Tahua, alors Filtzon nous laisse une pièce à disposition pour la nuit.

  • Valentino et son cousin Filtzon nous accueillent a Tahua.

  • Eglise du côté d’Alianza.

  • Le deuxième et dernier panneau... on y a cru...

  • Dure mais belle journée entre Tahua et Salinas.

  • Le "passage du gois" (! ?)

  • C’est alti, c’est plano et c’est desierto...

  • Après la récolte de la quinoa.

  • Toilette minimaliste sur la place du village de Tambo Tambillo. Ça caille !!!

  • Un cratère, là.. en plein milieu

  • Nuit dans un poste téléphonique. Juste la place de mettre les 2 vélos et les deux matelas !

  • C’est la 2ème fois qu’on croise Hubert et Pierre-Emmanuel. Ils sont un peu plus poussiéreux que la première fois.

  • Tamisage de la quinoa.

  • Armelle aux manettes

  • Un peu plus à droite, là !

  • "Por el proceso de cambio, carreteras asfaltadas !" Traduction : ça suffit maintenant, on veut du goudron !

  • Ouh, des vigognes !

  • On se demandait où se lavaient les boliviens (voir 1er article). Réponse : dans leur chambre !!!

  • Alvarro nous bluffe, en 5’ il comprend comment on joue du ukulele.

  • La cuisine d’Olga.

  • Bien heureux les cyclos qui évitent les "desvios". Le royaume des routes en travaux leur est ouvert.

  • Bon, le royaume des routes en travaux, c’est pas toujours le top.

  • Agence d’oeufs (! ?)

  • Le mote : boisson sucrée avec une pêche séchée.

  • Le papillon en papier accordéon = derrière cette porte, on vend quelquechose.

  • Dans la province de Potosi, Evo est sur tous les murs : "Evo si", "Evo por el cambio", "Evo cumple"... mais pas du côté de Sucre

  • Vous avez remarqué ? Non ?... Nous si, on a retrouvé l’asphalte !!!!

  • La lagune de Tarapaya. Une eau a 30 degrés, idéale pour récupérer.

  • Batisse d’architecture coloniale a Potosi.

  • Rue de Potosi donnant sur le "Cerro Rico".

  • Le Cerro Rico (montagne riche) porte les cicatrices de plusieurs siecles d’exploitation de ses mines d’argent.

  • La cathédrale de Potosi.

  • Partie de foot féminin sur un marché de Potosi. Les étals de fruits et légumes constituent la limite du terrain.

  • Teodora et Florencio nous accueillent durant plusieurs jours a Potosi. Ici l’épicerie de Teodora...

  • ... lá, la boulangerie de Florencio.

  • Vendeuse de salteñas (empanadas), a la sortie de Potosi.

  • Cuisine traditionnelle : a l’extérieur et au feu de bois.

  • Sucre, la ville blanche. Propre, belle, lisse,... a l’inverse de Potosi.

  • Sur le marché de Sucre.

  • Jus de fruit. Orange, ananas, papaye, carotte, chirimoya, fraise... Le plus difficile : choisir !!

  • Installation électrique au marché de Sucre.

  • Toute la ville a été repeinte en blanc a l’occasion du bicentenaire de l’independance de la Bolivie. Avec le bleu du ciel, ca pete bien !

  • Lundi, des patates, mardi, des patates, mercredi...

  • C’est la fete au mirador pour le bicentenaire de l’indépendance.

  • Au pied du stadium de Sucre, chacun sort son grill ou ses gamelles. Ce soir, il y a un grand concert.

  • Ponchos au musée du textile de Sucre.

  • Tissage "Tarabuco".

  • Tissage "Jall’ca".

  • Cuisine de la maison en construction de Sylvia.

  • Vallée fertile : il y a des palmiers et de la canne a sucre alors qu’on est a 2000 m d’altitude.

  • Greniers sur la piste qui méne a Aiquile.

  • Les enfants de l’internat de Chinguri.

  • Ces deux la ont raté le virage...

  • Eh ouais... on retrouve les joies de la piste...

  • ...puis des pavés... encore pire que la piste !

  • C’est la route pavée, qui monte de l’autre cote du pont, que l’on doit prendre...

  • Mais c’en est trop. Paris-Roubaix entre 2000 et 3000 m d’altitude, ce n’est pas pour nous. Un camion de ciment nous prend en stop.

  • D’ici, la vue est imprenable ! On est en plein air, au soleil ; on ne pouvait pas rever mieux pour parcourir ce troncon de route pavée horrible.

  • Alors, elle est pas belle la vue depuis un camion de ciment ?

  • Ca va passer, ca va passer ! Meme en ce jour de marché.

  • Sur la route de Cochabamba.

  • Foire a la patate.

  • Maison traditionnelle et son four a pain. De l’autre coté de cette chaine de montagne, la ou apparaissent les nuages, commence la région amazonienne.

  • Le nuage de pollution au dessus de Cochabamba

  • Ecrivain public a Cochabamba.

  • Pourquoi ne pas vendre son pain, la !?

  • La Brasilia, de VW.

Récit de l'étape

Hébergement OVH - Propulsé par SPIP - Aquarelles Reno MARCA - Conception & Réalisation : danslesvolcans.net